La détresse du caddie Carrefour loin de son habitat naturel inquiète

MONACO – Pour les riverains et autres autochtones monégasques habitant principalement les quartiers de Fontvieille et de la Condamine, cette terrible vision fait partie de leur quotidien. Celle de caddies Carrefour errant dans les rues, les roulettes en berne, attendant désespérément qu’une bonne âme les ramène dans leur habitat naturel au cœur du centre commercial. Las devant cette situation matérielle dramatique, une association est sur le point de voir le jour

Le pied à l’étrier

Nous avons retrouvé Franck, porte-parole de ce mouvement « matériel-humanitaire » tel qu’il se présente, sur la promenade Honoré II, principal lieu d’abandon et de dépôt de ces êtres sans défense. D’emblée, il nous raconte qu’il nous a contactés suite à notre reportage de mars dernier et l’interview de Michel, en couple avec l’un de ces engins bleus depuis plus de deux ans maintenant.
« Cela fait plusieurs années que je tente de sensibiliser les Monégasques autour de ce problème dramatique… Ils (les caddies NDLR) sont laissés à l’abandon en pleine rue par des gens peu scrupuleux. Il faut que cela cesse ! » nous a-t-il expliqué, virulent. « Et votre article m’a en quelque sorte mis le pied à l’étrier. Je me suis rendu compte que je n’étais pas seul face à cette situation. Et qu’il y avait de la place pour toutes les causes nobles en Principauté de Monaco. »

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  « C'est mon meilleur run» dit-il après avoir abandonné dès le premier kilomètre

Une action qui prend de l’ampleur

C’est ainsi qu’avec une poignée de bénévoles, Franck va lancer son association. « Les statuts sont à l’enregistrement. Ce n’est plus qu’une question de temps désormais avant que nous envoyons les premières banderilles » clame-t-il, impatient.
La première action de cette toute fraiche association sera d’alerter le Conseil national. « La missive est prête et contient toute une série de propositions concrètes et faciles à mettre en place rapidement. Par exemple, pourquoi ne pas légiférer et faire en sorte qu’à partir du 1er juin, on ne puisse plus acheter son caddie à 1 € pour le ramener chez soi, et que la pièce ne serve en fait que de caution pendant les courses ? »
Mais son cheval de bataille, c’est l’information. « L’opinion doit savoir. Ces caddies sont abandonnés, alors qu’il existe pourtant des centres d’hébergement tout proches… Mais la population préfère les ignorer. Pour mes compatriotes, un problème que l’on ignore est un problème qui n’existe pas… » peste-t-il, las…
Le combat ne fait que commencer…

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Vasilyev envisage de faire revenir à Monaco un pilier de l'ère Ricardo

2 réflexions sur “La détresse du caddie Carrefour loin de son habitat naturel inquiète

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.