Secondo monaco – un renoncement pour des victoires futures ?

La décision est tombée à 15 h sur les téléscripteurs de la Gâchette de Monaco, et sûrement d’autres sites hautement spécialisés : il n’y aura pas de liste « Secondo Monaco » aux élections nationales du 11 février 2018. 

Une fois la stupeur passée, notre stagiaire s’est rendu, et à pied, au 183e étage de la tour Odéon pour rencontrer Raymond P., l’éphémère leader de cette formation annoncée comme révolutionnaire.  

La Gâchette : Bonjour, dans quel état d’esprit êtes-vous aujourd’hui ? 

Secondo : Je suis très déçu, mes 23 colistiers et moi-même avons beaucoup travaillé ces 6 derniers mois, et le fait de ne pas voir ces efforts aboutis par le dépôt d’une liste entière m’attriste énormément.

Pourquoi avoir choisi la Gâchette pour vos primeurs, telles que votre programme, ou cet abandon ?

Parce que vous êtes les seuls à faire consensus et unanimité au niveau des trois autres listes candidates. Et même chez nous. Si nous avions fait une conférence de presse, vous auriez été invité, pour sûr. À ce titre, je pense que vous devriez avoir le prix Nobel de la paix (sourire).

Peut-on en savoir plus sur les raisons de ce renoncement ?

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  L’explosion de la majorité au conseil national : Voldemort dément

Il y a plusieurs facteurs, je ne peux en dire plus, mais il est vrai que nous n’avons pas été beaucoup aidés. Monaco est un petit pays, il est difficile de réunir 24 personnes sur une liste. Cela fait quand même 1 % de l’électorat, ce n’est pas rien. Certains se sont désistés par crainte, d’autres n’ont finalement pas souhaité se lancer dans une aventure périlleuse.

Aventure périlleuse ?

Oui, je veux parler de ce débat qui semble se faire. Avec nous, cela aurait donné un combat à 4 qui risquait de virer à la cacophonie organisée.

Les noms de vos colistiers seront un jour connus ? 

Je ne peux m’énoncer en leur nom, nous avions formé une équipe de 24 personnes, soudée et unie comme jamais, et d’une profonde motivation. J’en veux pour preuve, certains étaient quand même décédés depuis 10 ans, d’autres n’avaient pas mis les pieds en Europe depuis 1945, nous avions même une collègue qui disait venir de Mars, ou de Krypton, je ne sais plus trop.

Votre programme était pourtant qualifié de révolutionnaire. 

L’idée du revenu universel de 4 000 euros pour tous les Monégasques restera comme une utopie réaliste, elle se fera un jour et nous pourrons dire que nous avons planté la première pierre. Une société 100 % écologique est aussi un noumène d’avenir. La défense des intérêts des Monégasques, évidemment, un sujet porteur, d’autant plus que je sais que les Roca Girls étaient honorées d’être déclarées d’utilité publique.
Monaco est une terre de pureté qu’il fallait élever en tant que tel. Et comme le dit notre messie cosmoplanétaire, il faut préparer notre monde à la venue des Élohim. Leur voyage depuis Sirius, ou Tatooine, je ne sais plus trop, va bientôt s’achever et nous devons être prêts à les accueillir.

Sirius ? Vos idées allaient donc si loin ?

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Céline Dion représentera Monaco à l'Eurovision

Évidemment. Avec nous, le problème du logement aurait été réglé en une semaine. Nous gardions cette proposition pour porter un coup final à nos opposants, mais nous voulions rendre tous les Monégasques propriétaires d’une portion du cosmos. Grâce à notre revenu universel, toutes les personnes dont le passeport a été distribué place de la Visitation auraient été récipiendaires de son appartement et aussi d’une planète dans la constellation du Taureau.

Du taureau ?

Oui, car c’est un animal qui a des cornes, et des appendices protubérants. Un peu à l’image des Monégasques.

Un dernier mot ? 

Nous allons nous préparer pour les prochaines élections (NDLR les élections communales 2019), mais notre but reste d’informer l’humanité de ce message révolutionnaire et accommoder les populations à accueillir leurs Créateurs, les Élohim, sans mysticisme ni crainte, mais avec conscience et en leur qualité d’êtres humains reconnaissants.

La fin de l’interview s’est terminée dans la cordialité et autour d’une coupe de champagne. Notre journaliste stagiaire nous a simplement fait part de sa stupéfaction d’avoir quitté les locaux de « Secondo Monaco » avec un rein en moins, et une vive irritation au niveau du rectum.

Une réflexion sur “Secondo monaco – un renoncement pour des victoires futures ?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.