Monaco : le conseil national à l’heure des primaires ?

LE ROCHER – Dans moins d’un an vont se tenir les élections nationales monégasques, visant à désigner les représentants de la population à la haute assemblée. Après le beau succès de la liste Renaissance lors du dernier scrutin, le gouvernement princier s’inquiète du nombre probable de formations candidates. Des solutions innovantes et originales sont à l’étude pour que l’organisation de cette élection soit la moins chaotique et la plus démocratique possible.

Des difficultés à venir

Être candidat aux élections nationales à Monaco nécessite, en plus d’être un Monégasque, de faire partie d’une liste d’au moins 13 concouristes. Trois groupes étaient présents en 2013. Mais les projections et les premiers sondages font état d’une possibilité de 7 à 8 hétairies candidates en 2018.
À ce titre, la Mairie, responsable de l’organisation des élections, se serait rapprochée du gouvernement pour exprimer ses préoccupations concernant les difficultés techniques à venir si le nombre de liste devenait trop élevé : feuilles d’émargement, procédures de dépouillement, recrutement des scrutateurs, problèmes de calculs informatiques liés aux considérables possibilités de panachage. Les achoppements risquent de devenir très vite insurmontables malgré le professionnalisme des agents municipaux repus depuis bien longtemps à l’organisation des élections en Principauté.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Ces lieux qui rendront hommage au prochain président du Conseil National

La solution des primaires

L’année 2016 a été marquée chez nos voisins français, tout comme nos amis américains, par de grands élans électoraux riches en débats et en bulletins. Un mode est revenu souvent, comme à la mode : les « primaires ». Qu’elles soient des batailles sanglantes outre-Atlantique, des luttes fratricides pour la droite française, ou des combats idéologiques pour son homologue de gauche, l’organisation de primaires entre dans les mœurs, et les résultats parfois surprenants ne sont plus ni contestés, ni contestables. Ils permettent enfin l’émergence d’un petit nombre de candidats à l’élection suprême, tout en renforçant la légitimité du vainqueur final.
Ainsi, afin de limiter la quantité de listes, le gouvernement devrait sortir du chapeau un système innovant et totalement inédit qui devrait être mis en place pour dynamiser ce vote. L’organisation de primaire au mois de juin 2017 va permettre l’émergence de 2 groupes formés par le meilleur des candidats possibles. Mais contrairement aux élections intermédiaires actuellement orchestrées par les partis politiques, de droite ou de gauche en France, Républicains ou démocrates aux USA, les primaires « monégasques » seront organisées par métier !

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  [NEWS] Union Monégasque : où sont les bulletins de vote ?

Qui sont les candidats possibles ?

On connait déjà les grandes lignes des ordonnances régissant cette pré-élection. Notre stagiaire fureteur est parvenu à lister les premiers métiers qui ont été couchés sur le papier par les instances responsables. Selon nos sources, il ne manquerait plus que la validation suprême afin de publier au Journal de Monaco ce texte si original. Ce scrutin étalé sur plusieurs mois, un vote par corps de métier, permettrait d’élire 2 avocats, 2 employés de la SBM, 2 dentistes, 2 docteurs, 2 fonctionnaires, 2 consultants financiers, 2 employés de Monaco Telecom, 2 employés dans le domaine artistique, 2 sportifs, 2 gauchers, 2 coiffeurs et enfin, 2 personnes âgées.

La liste des 24 primaires devrait être bientôt connue afin que les candidats puissent s’inscrire rapidement et entamer une campagne qui devrait durer 3 mois. Les 2 équipes finales formées par les 48 élus désignés auraient par la suite 6 mois d’une cabale acharnée pour que les 24 meilleurs deviennent pour 5 ans l’élite des membres d’un conseil national à la pointe de la rigueur et de la probité, à l’image même de la principauté.

2 réflexions sur “Monaco : le conseil national à l’heure des primaires ?

  1. Sic : “des agents municipaux repus depuis bien longtemps à l’organisation des élections en Principauté.”
    Très drôle le “repus”…
    “Rompus”peut etre…
    Daghe

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.