Ensemble, sauvons nos spécificités !

Les élections du Conseil National, c’est dans 13 jours. Oui, voilà déjà cinq ans que nos stagiaires étaient balotés dans un scrutin à trois listes, au milieu d’un débat historique, de buffets pantagruéliques, et de réunions politiques jusqu’à pas d’heure. Désormais, c’est au pain sec et à l’eau que nous vivons cette campagne, où la qualité des débats est à peine meilleure que la quantité de buffets. Mais heureusement, cela devrait monter en puissance, puisque deux listes sont désormais en lice pour le strapontin suprême de la haute assemblée.

Si question buffet, la Gâchette est absolument démunie pour remonter la pente, nous nous sommes par contre retroussé les manches, et dans le but d’essayer d’équilibrer le karma cosmique de cette campagne famélique, nous avons offert à tous nos lecteurs pour Noël le grand programme « La Principauté pour 2023 et les siècles à venir ».

Ce manifeste se compose de 69 propositions, divisées en 4 grands thèmes. Et après vous avoir présenté les 10 grandes idées qui jalonnent notre programme, et détaillé le point central axé sur l’écologie et le développement durable, et un autre sur la qualité de vie, voici un autre sujet qui tient à cœur l’ensemble de nos compatriotes : le maintien de nos spécificités.
Parce que cette élection 2023 se fera autour d’un grand débat sur le chien monégasque, ou ne se fera pas.

Renforcer les spécificités pour renforcer notre communauté

Voilà bien des décennies qu’aux États-Unis, mère patrie de notre bien aimée princesse Grâce, on chante l’hymne national dès que l’occasion se présente. Ainsi, pourquoi ne ferions-nous pas jouer et chanter l’hymne monégasque au début de chaque rencontre à domicile de la Roca Team et de l’AS Monaco FC ? De plus, à l’instar du vendredi, qui est traditionnellement le «jour du poisson», chaque semaine verra son «jour du barbagian». Ainsi, toutes les cantines scolaires de la Principauté, mais aussi dans les restaurants d’entreprise ou les menus des crèches, devront intégrer, un jour par semaine, le barbagian soit en entrée, soit en plat principal. Nous nous engageons aussi à réhabiliter les droits du «chien monégasque», notamment en ce qui concerne les halls d’immeubles ou les parties communes, mais aussi en développant des zones prioritaires rien que pour eux. Enfin, chaque immeuble domanial devrait organiser, une fois par an, une grande fête des voisins pour renforcer ce lien indéfectible qui nous unis. 

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Monaco Run : « on a pris la mer et les poissons ! »

Les spécificités monégasques face aux réalités du monde

Story telling récurrent depuis la mandature précédente de la mandature précédente : l’accord de partenariat avec l’Europe, qui ressort du chapeau tel un grand méchant de film de super héros. Nous proposons de mettre fin à ces désaccords qui n’arrangent personne, et souhaitons au plus vite placer la Principauté dans l’Europe, mais hors de l’Europe, dans le respect de nos lignes rouges et blanches. Dans cette optique, nous avons l’idée d’une toute nouvelle unité monétaire 100 % monégasque : le barbagian convertible en or (le BICOU), mais aussi de procéder à la résurrection de la langue monégasque pour en faire d’ici 2030 la locution officielle de la Principauté.

La politique monégasque au service de nos spécificités

Nous proposons de renforcer notre fonds de réserve en faisant en sorte que certaines taxes, anciennes ou nouvelles, viennent l’abonder directement. Par ricochet avec mesure précédente, les Monégasques et les résidents devront faire preuve de résilience avec le budget de l’État, et il sera demandé un certain nombre d’efforts, comme par exemple celui d’attendre le dernier moment pour payer ses contraventions, la majoration subséquente étant évidemment payée content une fois appliquée. Enfin, nous proposons de couper les allocations familiales à tous ceux qui ne savent pas chanter l’hymne monégasque et de taxer massivement les personnes qui mettraient leur drapeau à l’envers lors du pavoisement pour la fête nationale.

La modernité de nos institutions, notre plus belle spécificité

Avec un mode de calcul compliqué, et des quotas de plus en plus difficiles à tenir, la loi électorale monégasque aurait besoin d’un petit coup de rafraichissement. L’objectif étant de simplifier, et donc d’intéresser plus de monde, pour ainsi ouvrir à terme certaines vocations politiques sous-jacentes. Nous proposons de passer en revue l’ensemble de la loi électorale, et de remettre au gout du jour l’intégralité du mode du calcul, afin que, par exemple, même les listes à 2 membres puissent avoir une chance d’obtenir la majorité à l’assemblée. Pour rendre la politique attractive, les Roca Girls seront invité à égayer les séances budgétaires, le programme des candidats devront être présenté sur TikTok, et les débats se feront sur un live Instagram. Nous proposons de donner le droit de vote au chien monégasque, dont la légitimité et la puissance politique sur le territoire monégasque ne sont plus à démontrer. Enfin, la durée des interventions de chaque élu doit être considérablement raccourcie. 6 minutes de politique générale, 3 minutes par article de loi, c’est trop. Les discours à l’assemblée seront désormais limités à 18 secondes afin que l’auditoire ne décroche pas trop vite.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Calendrier de l’avent, jour 19

Qu’importe ce que pourront dire les autres listes sur l’Europe et les spécificités monégasques, l’avenir de la Principauté, et donc du monde, passe par des barbagians tous les lundis à la cantine, et le programme des candidats diffusés sur Tik Tok !


Pour consulter l’intégralité de notre programme, cliquez sur le bouton ci-dessous :



Catégories :Écologie, Politique, Vie Quotidienne

Tags:, , , , , ,

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :