COVID19 : Les dessous des bas-fonds du confinement à Monaco

Voilà désormais 14 jours que Monégasques et résidents sont confinés chez eux par mesure de prévention à l’encontre du dangereux virus COVID19. Les seuls motifs valables, selon la maréchaussée qui effectue de stricts contrôles d’alibis, sont les dérogations pour se rendre au travail, évidemment, pour aller faire ses courses, promener ses animaux de compagnie, ou faire du sport, dans certaines limites cependant. Mais devant ces « privations de libertés », la rébellion s’organise au pied de la Roca. Muni de son attestation exceptionnelle pour aller au turbin, notre stagiaire est allé enquêter au cœur des bas-fonds du confinement monégasque.

Spéculation immobilière : La Qietüdine au bord du scandale

Les services de l’action sanitaires nous l’ont fait savoir dès le début de cette crise : nos ainés sont le cœur de cible du COVID19, qui se délecte des faiblesses inhérentes à leur âge avancé pour provoquer détresse respiratoire et lente agonie. Dès lors, en Principauté, nos aïeuls sont choyés, protégés, confinés. Malheureusement, il apparait que certains agents immobiliers peu scrupuleux, ont profité de l’aubaine pour créer une bulle spéculative autour de la résidence A Qietüdine. En effet, ces agents auraient acheté en viager nombre d’appartements de la maison de retraite monégasque, le tarif étant fonction du nombre de quinte de toux que le propriétaire pouvait avoir au cours de la journée. Jusqu’où cette bulle pourra-t-elle gonfler ? Un contrôle de l’autorité de régulation pourra-t-il être mis en place vu les circonstances exceptionnelles que nous traversons ? Mais surtout, que fait la Police ?

Spéculation boursière : quand la mort enflamme le CAC40

Alors que les bourses sont plongées dans un marasme sans précédent, il y a une valeur qui est en train de traverser cette crise tel un motard de comics avec la tête enflammée, il s’agit du secteur de la mort, et de tout ce que cela comporte. Thanatologues, marbriers, pilotes de convois obituaires crématoristes et fournisseurs de charbon de bois, ces professions ne se sont jamais aussi bien portées depuis la canicule en 2003. Mais là encore, cette bulle spéculative est une bombe à retardement, qui n’a pourtant freiné quelques boursicoteurs de la place du Marché, qui auraient massivement investi, depuis plusieurs mois déjà, dans des actions de la SOMOTHA, dont le cours n’a jamais été aussi haut. Alors vraie inspiration, ou délit d’initié ? Savaient-ils avant tout le monde pour la virulence du COVID19 ? Mais surtout, que fait la Police ?

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Des pensionnaires de A Qietüdine transférés en urgence à la caserne des pompiers

Spéculation canine : quand l’alibi canin se paye au plus fort !

La déambulation canine est considérée comme une noble raison pour les autochtones afin qu’ils puissent fuir le confinement et sortir de chez eux. Mais cet alibi fort efficace a donné des idées à quelques individus de mauvais alois. C’est ainsi qu’un vaste réseau de « prêts canins tarifés » s’est développé dans toute la Principauté. Notre stagiaire a donc pu observer que Kuku, le chien de la vieille dame triste et acariâtre habitant à Fontvielle, a été promené 14 fois au court de la seule journée de jeudi, passant tour à tour dans les mains de personnes diverses et variées, tout à leur aise de pouvoir profiter de l’air désormais pur des jardins de la Roseraie. Cela pose néanmoins de nombreux problèmes : les services vétérinaires de la région sont-ils suffisamment équipés pour absorber le prochain afflux d’animaux éreintés et déshydratés ? Le Welcome office va-t-il intervenir pour contrôler ces entreprises sauvages non déclarées ? Mais surtout, que fait la Police ?

Spéculation archéologique : le Jardin Exotique au cœur d’un vaste trafic de PQ ?

Les images de personnes se ruant sur les paquets de pâtes ou déambulant les caddies chargés de PQ ont fait le tour de la planète. Depuis, la situation s’est calmée, le réassort est assuré, et les gens se sont organisés. Et tellement bien que nos sources contradictoires nous ont alertés qu’un vaste trafic de papier toilette opérait du côté de l’Engelin. En effet, certains résidents de l’immeuble côtoyant la cathédrale des cactus utiliseraient, une fois la nuit tombée, les sentiers de la grotte du Jardin Exotique pour aller de l’Engelin jusqu’à Carrefour sans se faire attraper par la patrouille. Ils peuvent ainsi se servir à loisir de ces précieux rouleaux, qui seront ensuite revendus sous le manteau dans les escaliers de leur édifice domanial. Un mystère demeure : comment font-ils pour se rendre jusqu’à la grotte sans alerter les habiles surveillants municipaux du Jardin Exotique ? La maréchaussée a-t-elle les effectifs suffisants pour lancer un vaste coup de filet confiné ? Mais surtout, que fait la Police ?

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Interview : « Porter un masque, ça m’a sauvé la vie plus d’une fois ! »

A propos de La Gâchette de Monaco 131 Articles
L'actualité de la Principauté de Monaco aux frontières du réel.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.