Première Guerre mondiale : Monaco veut commémorer le centenaire par une reconstitution grandeur nature.

Une tranchée de deux mètres de profondeur partant de la pharmacie Marsan, faisant le tour du parvis pour terminer non loin du poissonnier Rinaldi. Voici en l’espèce, l’état du chantier qui ceinture la place d’Armes depuis bientôt un mois, et qui est source de gène et d’incompréhension pour la population locale.

Pour la protection des autochtones ?

Protéger, tel est le mot clé de cette nouvelle enclave bruyante. Protéger d’une attaque terroriste à la voiture bélier, telle est l’explication qui est diffusée en haut lieu. Une barrière, des plots bétonnés, et sauf en cas de bolide volant, aucun véhicule ne saura troubler la quiétude des riverains venant dépenser quelques centaines d’euros pour un kilo de pomme de terre et trois rutabagas.

Un chantier étonnant.

Et pourtant, le chantier détonne. Pourquoi creuser une telle tranchée dans le but de ne mettre que des plots et une barrière ? Pourquoi tant de dérangement alors que les jardinières et les arbres sur le pourtour dissuaderaient les plus farouches des camions fous ? L’explication n’est pas à chercher place de la Visitation, mais dans les livres d’histoire… Car nous sommes en 2018, et le monde va s’apprêter dans quelques mois à fêter l’armistice qui mit fin à la guerre de 14-18.

Les cent ans de la Grande Guerre

Et pour la Principauté, si les combats furent plutôt à distance, loin des yeux ne signifie pas dire loin du cœur. Et dans cette solidarité qui sied si bien au peuple rouge et blanc, le gouvernement aurait décidé, à sa manière, de commémorer les 100 ans de la Grande Guerre. Si l’info n’est pas encore officielle, faute à quelques petits soucis d’ordre logistique, il n’en reste pas moins que nos sources contradictoires nous ont confirmés que Monaco souhaite organiser une reconstitution en taille réelle de la bataille de Verdun.

Une reconstitution en taille réelle

Voilà à quoi vont servir les tranchées de la place d’Armes. Une fois débarrassé des tuyaux et autres barrières de circonstance, bien arrosée avec des giboulées de mars pour faire de la gadoue plus vraie que nature, les futurs soldats français et allemands pourront s’entasser comme il y a cent ans, dans un décor aussi fidèle que possible de ce que les troupiers de l’époque ont connu à Verdun, pour cette bataille symbole des atrocités martiales de ce début de siècle.

Rester fidèle à l’histoire.

Mais voilà aussi à quoi va servir l’achat du fort du Mont Agel. De ce point de vue imprenable, les experts historiens vont pouvoir bombarder en vrai le quartier de la Condamine, pour une reconstitution aussi épique que réaliste de ce moment douloureux de notre passé. Et s’il est évident que le gaz moutarde ne sera pas utilisé, certains débats laissent penser que des attaques à coups de cuillères de vraie « moutarde de Dijon » seront menées afin, comme toujours, de rester le plus fidèle possible à l’histoire.

Publicités

Une réflexion sur “Première Guerre mondiale : Monaco veut commémorer le centenaire par une reconstitution grandeur nature.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s