Mais qui a donc gagné la « Battle des Immeubles » ?

Photo © Stefany

Vendredi soir, tout le microcosme monégasque était en émoi. Évidemment, cela n’avait rien à voir avec le nouvel opus de Koh Lanta, mais d’une autre bataille d’importance qui s’est tramée au cœur des rues de la Principauté : après quinze jours de cris klaxonnés, de casseroles maltraitées, de drapeaux pavoisés, de banderoles exhibées, de fumigènes agités, et de venelles enjaillées, la « Battle des immeubles » devait rendre son verdict. Le conseil des quartiers avait été réuni, et le vainqueur devait être désigné… Sauf qu’à l’image du respect du confinement des monégasques, le résultat final en ressort mi-figue, mi-boudin…

Un nul, et des questions…

La grande Battle lancée par Monaco-Info, et son #RéseauMalizia s’est donc soldée par un match nul. Un score qui en somme, ne fâche personne. Déjà durant le vote, la tension était palpable au sein du conseil des sages : qui allait choisir qui ? Qui s’est vu promettre son poids en pizza par tel ou tel quartier ? Qui va avoir la traitrise de changer son suffrage au dernier moment ? Ambre Quelin (la douce voix du morning de Radio Monaco) allait-elle brandir un collier d’immunité de derrière les fagots afin d’être exonérée de cette sentence irrévocable ? Le volume sonore des drones de MC -Clic, résident de la rue des Açores, était-il correctement réglé histoire de n’avantager personne ? Le loup blanc allait-il finalement sortir du bois pour invoquer son droit de surprise, et embarquer les 700 tonnes de pizza prévues pour ce soir ? Et puis surtout, qui a eut l’idée d’avoir un conseil des sages avec un nombre pair de participants ? Il était évident que le choix était trop cornélien pour basculer sur un vote franc et massif.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Noël 2017 - immersion au coeur d’une famille monégasque

De l’embarras à tous les étages !

Car malgré son immense professionnalisme, le monsieur « COVID-19 » en Principauté, Yann-Antony Nogues a donc été obligé de jongler pour trouver une solution à cet épineux problème. Les sages ne se sont pas départagés, que faire ? Fallait-il jouer la victoire finale à pierre-feuille-ciseau ? Ou à autre chose ? Devait-on revoter ? Ou même introduire une neuvième personne neutre et extérieure ? À la Gachette, nous avons évidemment pensé à Christophe Steiner, ancien président du Conseil National, et désormais ambassadeur de Monaco à Paris pour être cette voix « équitable » toute désignée pour trancher, et lever ainsi l’embarras qui a étreint le maitre de séant pour le reste de son émission. Cependant, avec grande bienveillance, et sans couper la parole à quiconque cette fois ci, il proposa le principe du match nul, qui sera entériné par l’ensemble des partis, et validé, après un savant coup de fil Skype, par le partenaire qui n’a pas trop hésité avant de donner quitus à une belle nuit de transpiration des fourneaux des différents pizzaïolos de la place monégasque.

S’en remettre au choix divin…

Cependant, si le peuple va pouvoir se bâfrer de ces galettes italiennes à base de fromage et de tomates, il reste néanmoins sur sa faim. Qui a gagné la Battle ? Les sages n’ont pas osé départager la furia des pompiers des Açores, auréolée d’un hymne national brillamment joué à la guitare électrique en haut de la grande échelle, et le sérieux militaire des papalins, dont la parfaite ligne rouge a su faire résonner l’écho des clappings jusqu’au fin tréfonds du jardin de l’âne. Le salut est finalement venu du plus haut des cieux, par l’entremise d’un représentant du clergé : Ferxel Fourgon. Le plus merveilleux, et célèbre, homme à tout faire de la Principauté a proposé que le neuvième et ultime votant, celui qui tranchera définitivement, ne sera autre qu’un choix divin. Mais pas n’importe lequel. Celui qui avait cours au moyen âge, et qui a repris ses titres de noblesse dans la série Game of Thrones quand Thirion Lannister, à plusieurs reprises, a demandé un « jugement par combat ».

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Radio Gâchette - Confinement, semaine 3

Du duel à la joute.

Le speakeur de la Roca Team, et chauffeur de quartier depuis 15 jours, ayant nombre d’affinité avec le Buhurt Prime, et les Grimaldi Milites, a donc proposé de régler cela à 5 contre 5, à l’intérieur d’une lice, à grand coup de lourdes épées, de masses d’armes, ou de hallebardes bien moyenâgeuses. Évidemment, cela sera réalisé bien après le déconfinement, afin que le rassemblement obtienne l’aval des autorités sanitaires, le tout encadré par les fédérations internationales de Buhurt, condition sine qua non. L’évènement aura lieu à ciel ouvert, pour limiter les risques de propagation du virus, et le théâtre du fort Antoine se prêterait parfaitement pour l’occasion, d’autant plus qu’il permettrait aux caméras et aux drones de MC-CLIC d’assurer la prestation jusqu’au bout de l’aventure. Les Grimaldi Milites sont d’ores et déjà « chaud » pour fournir le matériel idoine aux belligérants. Ferxel Fourgon va ressortir la robe de moine qu’il arborait en février dernier. Enfin, les Roca Girls seraient apparemment partantes pour faire un show entre les différentes joutes, en espérant qu’elles ne perturbent cependant pas trop les pompiers déguisés en Lancelot.

Vainqueur et vaincu, vraiment ?

Mais une question demeure quand même en suspend, et ce même après avoir revu moult fois le replay sur YouTube : quitte à ne désigner aucun vainqueur, pourquoi ne pas avoir transféré les pizzas (ou l’argent qui aurait pu servir à leur fabrication), directement au CHPG ? Car on l’oublie vite, mais à la base, les applaudissements, c’était pour l’ensemble des soignants. Vainqueur ou vaincu, reine ou quatre fromages, drone ou scooter, Fontvieille ou Condamine, les seuls vrais gagnants de l’histoire sont les gens qui étaient sur le front tous les jours depuis le début, et qui le seront encore bien après. Car le virus ne s’est pas éteint au moment de l’hymne national joué à la guitare en haut de la grande échelle. Ces gens-là méritent tous nos applaudissements, tous les soirs, et ce bien après la date de fin du confinement. Et aussi quelques pas de danse, au son de « Vamos a la playa », chanson désormais célèbre de la résistance monégasque contre le COVID-19.

A propos de La Gâchette de Monaco 120 Articles
L'actualité de la Principauté de Monaco aux frontières du réel.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.