Ambulance et convoyeur de fonds : l’étrange malentendu

C’est une scène assez ubuesque à laquelle notre stagiaire reporter a assisté lundi, en début de matinée dans le quartier de Monte-Carlo. Alors qu’un transfert de fonds avait lieu dans une banque cotée de la place monégasque, un banal accident de la route a forcé les pompiers à intervenir avec l’ambulance. La suite n’est qu’un long quiproquo qui fera surement date…

Le jaune, la couleur à la mode

Nous ne savons pas vraiment ce qui a poussé les hautes instances à peindre l’ensemble des nouvelles ambulances aux couleurs jaunes fluo. L’influence des Gilets-Jaunes, peut-être. La volonté d’être distingué par les autres automobilistes, ou les passants, plus certainement. Il n’en reste pas moins que les camions des pompiers laissent petit à petit tomber leur parement rouge séculaire pour un jonquille des plus notables. C’est d’ailleurs un tel véhicule qui s’est présenté à Monte-Carlo hier matin, pour venir porter les premiers soins au conducteur du scooter qui a chu, après qu’une voiture lui ait coupé la priorité.

Un transfert de fonds inopiné

Au même moment, et à l’angle de la rue au coin duquel l’accident a eu lieu, un transfert de fonds s’opère, avec l’artillerie idoine, service de sécurité, gilets pare-balles et gros fusils bien en évidence. Mais il se trouve que, pur hasard ou mauvaise intention, le véhicule blindé de la société chargé de convoyer l’argent arbore lui aussi une robe jaune à peine plus foncé que celle de l’ambulance qui vient de se garer juste à côté. De forme massive et carrée, ayant la même couleur, quelqu’un qui n’y prêterait pas attention pourrait largement se tromper.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Un mois en Principauté

900C193F-41C3-4EE7-9A3B-5FF713C86EB9

Un fâcheux échange.

Stress ? Précipitation ? Manque de discernement ? Même couleur de bahut ? Erreur de l’un conduisant à la boulette de l’autre ? Les raisons sont multiples, pour expliquer l’incroyable échange qui a eu lieu. Alors que les brancardiers charriaient le pauvre propriétaire du scooter accidenté, pour l’amener faire une batterie de contrôles de routines au CHPG, les mercenaires de la banque sortaient les bras chargés de valises contenant billets et monnaie sonnante et trébuchante. Et alors que le blessé était introduit dans le fourgon blindé, les agents de sécurité montaient dans l’ambulance. Et sans attendre, les deux chauffeurs sont repartis le pied au plancher, comme la procédure les y autorise.

Mais où sont-ils passés ?

Le plus dramatique dans cette histoire, c’est que nous sommes sans nouvelle ni du souffrant ni de l’argent. Et par extension, des pompiers et autres agents de la sécurité. Chacun est allé de son chemin sans se retourner, et plus personne ne les a revu dès lors. C’est ainsi que pleuvent nombre de questions quant à cette étrange affaire. À qui la faute ? Où sont-ils passés ? Devons-nous faire face à une escalade sournoise dans les revendications des Gilets-Jaunes ? Est-ce un coup monté digne des plus grands cambriolages au cinéma ? Ou alors y a-t-il un rapport avec les canaris, les œufs ou le pastis ? Notre stagiaire va mener l’enquête.

A propos de Jartagnan 265 Articles
Droïde en cours de reprogrammation - blogueur multifonctions - stagiaire pour La Gâchette - #chroniques #inspiration #photos #running #StarWars #Lego

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.