#FootballLeaks : où est passé l’argent de la vente d’Mbappé ?

La bombe a explosé dans les milieux du football européen. Une fuite massive de documents confidentiels, notamment comptables et juridiques, donnant lieu à nombre d’interprétations et de jugements hâtifs à propos de certaines négociations et autres transactions aux montants cyclopéens. L’une d’elles, probablement la plus importante en ce qui concerne un joueur français, soulève un lièvre fort intrigant : où est passé l’argent du transfert de Killian Mbappé entre Monaco et le Paris St Germain ?

180 millions dans la nature ?

Quand on parle d’ériger un bouquin, il s’agit en effet d’un lapin d’un gabarit des plus conséquents : 180 millions d’euros des oreilles au bout de la queue. Ce montant est quand même à tempérer, car après décote des taxes, frais d’agents, frais de dossiers, des taxes sur les frais, les frais découlant des taxes, et autres, il ne resterait en fait que 120 millions qui poseraient problème.

Toujours selon les journalistes qui ont fait cette étude, il apparait que l’ASM FC n’aurai jamais vu la couleur de cet argent, et qu’il aura transité par les poches du propriétaire, afin de rembourser l’énorme versement qu’il a effectué pour combler les déficits du club. Nos sources contradictoires sont cependant formelles : Dmitry Rybolovlev n’a pas touché le moindre centime de ces pécunes. Mais d’autres rouages plus opaques sont à l’œuvre…

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Le circuit de Formule 1 a-t-il été monté à l’envers ?

Tirer sur les noyaux de la bourse

Selon nos sources contradictoires, dont les connexions au sein du landerneau monégasque sont nettement plus fiables que le piratage de documents dont sont issues les fameuses fuites à l’origine des FootballLeaks, l’argent du transfert d’Mbappé aurait servi, en premier lieu, à l’achat de 40 millions de parts de socca chez Roger, au Marché de la Condamine.

D’aucuns, y compris la maréchaussée locale, y verraient un trafic douteux de blanchiment d’huile. Certains pensent à une volonté manifeste de siphonner les productions d’olive de la région, afin de provoquer une pénurie et faire exploser à la hausse les cotations en bourse. Mais là encore, seule une enquête approfondie nous a permis d’y voir plus clair.

Un vaste trafic intramuros

En effet, ces 40 millions de parts de socca ne seront évidemment pas été distribuées gratuitement à l’ensemble de la population monégasque lors du fameux bal guinguette qui sera donné place du marché pour les festivités en l’honneur du Prince. Leur destination est tout autre, puisque ce pilier de la gastronomie monégasque est devenu indispensable à un second contrefort de l’économie de la Principauté : les chantiers de construction.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  AS Monaco FC : vers un groupe de supportrices Ultra ?

En effet, notre stagiaire fureteur est formel : ces quarante millions de morceaux de galette de pois chiche auraient servi d’isolant. Exit donc la fibre de bois vive la production 100 % locale, 100 % bio. L’argent du transfert d’Mbappé au Paris St Germain se trouve donc, sous une physionomie transformée, à l’intérieur des murs de la réfection des jardins d’Apolline.

Pour renvoyer l’ascenseur.

Nos sources contradictoires ont déniché une piste encore plus nébuleuse, mais qui tend à expliquer les stratagèmes mis en œuvre dans cette affaire des plus opaques. En effet, plusieurs témoins affirment que Patrice Pastor, en charge donc du chantier des jardins d’Apolline, à la suite d’une mémorable partie de sabacc perdue, devait pas mal d’argent à l’un des architectes en charge de la construction des nouvelles loges du Stade Louis II.

Ainsi, il est fort à parier que l’argent ainsi remboursé est le même que celui économisé par la fourniture gratuite de l’ensemble des matières isolantes du chantier pharaonique promenade Honoré 2. Et de ce fait, tout porte à croire qu’au final, en suivant pas à pas le circuit ainsi formé, l’argent du transfert d’Mbappé a fini par être indirectement utilisé par l’ASM FC pour rénover le Stade Louis II, notamment avec l’érection d’un nouvel ascenseur spécial VIP.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Rybolovlev et l'ASM FC, clap de fin ?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.