Le mot du jour : Loufoque

La Gâchette, c’est l’information monégasque aux frontières du réel, mais c’est aussi des enquêtes, un horoscope, et surtout de la culture. Et aujourd’hui, alors que la journée électorale est déjà bien entamée, et qu’il nous tarde d’avoir les résultats ce soir au cœur de la nuit, nous souhaitons vous partager le « mot du jour », un mot cher à Jean-Louis Grinda, échappé de la bouche de Stéphane Valéri, et repris par Béatrice Fresko-Rolfo : loufoque.

Au départ fut une idée loufoque

Loufoque (adjectif) : terme du registre familier, synonyme d’abracadabrantesque, d’insane ou d’extravagant, il peut désigner :

  • Qui fait ou dit des absurdités, qui est un peu fou, extravagant. Ex : un type vraiment loufoque.
  • Se dit d’une chose insolite, comique, saugrenue. Ex : Un accoutrement loufoque.

Évidemment, tous les dérivatifs imaginables ne sont pas applicables. Par exemple, un loufoque n’est absolument pas un loup qui se serait accouplé avec un phoque. Ou inversement. Si c’est incroyable et carrément burlesque, c’est surtout contre nature.

Quel sens donner à cette loufoquerie ?

Que faire donc de ce terme encombrant ? Est-ce l’idée qui est absurde ou extravagante ? Ou alors est-ce le personnage qui serait comique ou saugrenu ? Mais peut-être que c’est le principe et la réflexion induite qui est en fait suffisamment insolite pour être loufoque ? Il n’en reste pas moins que ce terme est repris partout, dans les meetings, et même dans les sérieux articles de la presse spécialisée locale. Et que dire de ce matraquage lundi dernier lors du débat entre Stéphane Valéri et Jean-Louis Grinda, chacun des deux racquittant à qui mieux mieux ce lexème pour en faire sien.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Un nouveau nom pour le centre de la Turbie

Simple péripétie de campagne

Car ici, « loufoque » est une sorte d’hommage, ou de critique, c’est au choix, envers la thèse de Jean-Louis Grinda et de son groupe Union Monégasque de détruire et délocaliser le stade Louis II pour mettre à la place des immeubles pleins d’appartements domaniaux. De loufoque, l’idée de vouloir loger les Monégasques n’en est pas une. Mais quand même, comme dirait Cyrano : avez-vous pensé aux oiseaux ?

DÉTRACTEUR QUELCONQUE :
Votre stade, il est… il est loufoque

CYRANO DE MONEGASK :
Ah ! Non ! C’est un peu court jeune homme.
On pouvait dire… Oh ! Dieu ! … Bien des choses en somme
En variant le ton — par exemple, tenez :
Agressif : « Moi, monsieur, si tel stade j’avais,
Il faudrait sur-le-champ que je me l’amputasse ! »
Amical : « Ce stade, à défaut d’être sensass
Force est de l’admettre, ça ferait beaucoup d’apparts ! »
Descriptif : « C’est un roc ! c’est un pic ! c’est un cap !
Mais ce stade en bas, si vide, c’est une pustule »
Curieux : « à quoi peuvent servir ces types qui glandulent ?
Ceux qui se déplacent au stade comme l’on va au zoo »
Gracieux : « Aimez-vous à ce point les oiseaux
Que paternellement vous vous préoccupâtes
De tendre ces belles arches à leurs petites pattes »
Emphatique : « Aucun appart ne peut, stade magistral
Te remplir tout entier, ô désert abyssal ! »
Dramatique : « On n’entend même plus voler les mouches ! »
Admiratif : « Il est vierge, comme une sainte-nitouche ! »
Lyrique : « Et pour l’emplir, pourquoi pas des maisons ? »
Naïf : « ce monument, quand le visite-t-on ? »
Militaire : « Quelle citadelle pour Sa Seigneurie ! »
Pratique : « Donnez quelques apparts à la loterie »
Respectueux : « Quand on a un tel point de vue
Le taux de loufoquerie paraît bien superflu ! »
Voilà, ce qu’à peu près, mon cher, vous m’auriez dit
Si vous aviez un peu de lettres et d’esprit.

Voilà, la pause est terminée. Comme vous le voyez, la Gâchette est en roue libre.
Alors vous pouvez vous lever, et si vous êtes monégasques, il est temps de vous rendre à l’espace Léo Ferré pour aller voter sans loufoquerie, en votre âme et conscience.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.