Le mot du jour : Zinzin

La Gâchette, c’est l’information monégasque aux frontières du réel, mais c’est aussi des enquêtes, un horoscope, et surtout de la culture. Et aujourd’hui, nous souhaitons vous partager le « mot du jour », lancé par notre stagiaire en plein milieu de la rédaction, en pleine heure de pointe. Évidemment, cela n’a rien à voir avec le débat qui nous a tant fait vibrer, aucun des deux candidats n’ayant eu la maladresse d’utiliser un de ces termes, ni aucun autre appartenant au fameux dictionnaire du Capitaine Haddock. La joute est restée courtoise, même si un petit « mille millions de mille sabords » au cours d’une diatribe sur la SBM aurait eu un certain cachet, pour sûr.

Un fou bruyant adepte du CAC 40.

Zinzin [zɛ̃zɛ̃] : du latin zinzinus, ou peut être du Moldave zihnziniav, on ne sait pas trop, notre stagiaire n’a rien trouvé là dessus…
* Désigne un appareil militaire, un engin tapageur (nom masculin). Synonymes : obus, canon, etc.
* Désigne une chose dont le genre échappe, un objet quelconque (nom masculin). Synonymes : bidule, machin
* Désigne un investisseur institutionnel (nom masculin).
* Désigne un fou, un individu dérangé (adjectif). Synonymes : timbré, cinglé, toqué, fada, psychiatrisé, psychopathe, évadé de Charenton, frénétique, maniaque, zouinzouin.

Ainsi, le zinzin peut prendre une consonance complètement différente en fonction de l’utilisation que l’on en fait. Mais un zinzin peut être tout cela à la fois, une personne insignifiante et un peu déliquescente, qui fait du bruit et qui joue en bourse…

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Le meeting final d’Horizon Monaco : le live tweet

Rien à voir avec un héros de Hergé.

Au moment d’écrire cet article, l’histoire du petit neveu de la belle sœur de notre stagiaire, celui qui est venu lui piquer le dernier mikado qu’il avait mis deux ans à s’offrir, nous est revenue en tête. « Zinzin est parti au Congo », nous avait-il dit. Correction jeune homme, c’est Tintin qui est parti au Congo, ou au Tibet, ou en Amérique, enfin, il a beaucoup voyagé ce reporter d’outre-Quiévrain. « Non, c’est vrai, Zinzin, il est parti au Congo pour ses vacances ». Nous apprendrons plus tard que c’était le sobriquet affublé à l’un des collègues de son géniteur, un fonctionnaire qui écoute Céline Dion et qui a l’outrecuidance de voter blanc à chaque élection. Comme quoi, il faut faire extrêmement attention quand même quand on utilise ce terme un peu suranné, de ne pas froisser les gens qui aiment les houppettes et les petits chiens blancs.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Le mot du jour : Loufoque

Le zinzin en question.

Quelle mouche a donc piqué notre stagiaire au moment d’éructer cette épître en plein cœur de la rédaction ? Un zinzin peut-il devenir expert-comptable ? Les zinzins viennent-ils tous de l’espace ? Qui donc sur la place du marché osera balancer cet adage à l’encontre d’autrui ? Zinzin est-il rentré du Congo les bras chargés de spécialités culinaires locales ? Un simple mot, peu usité qui plus est, et voilà les questions qui fusent jusqu’à plus soif…

Il est quand même grand temps que la campagne se termine, car notre rédaction est sur les genoux…

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.