Elections 2018 : le Who’s who.

Dans 69 jours, les Monégasques iront désigner un nouveau Conseil National. Si le contenu des listes ne nous est pas encore connu de façon définitive, nous savons depuis l’été dernier qui sont les têtes d’affiche pour février prochain, sauf en cas de grande saturnale animalière mélangeant une carpe, un lapin, une licorne et un tricératops.
Afin que la population monégasque puisse voter en tout état de cause, la Gâchette de Monaco vous a concocté une biographie des trois candidats au perchoir de la haute assemblée. Ils ne sont pas dans le who’s who, mais nos stagiaires-experts ont réussi a faire 3 hagiographies collant le maximum a la réalité.
En toute honnêteté, sans flagornerie, sans flatterie… Ou presque.

Stéphane Valéri – Le M’Bappé de la politique

Déjà jeune, cet homme était brillant. Tête d’affiche de l’AJM, on pouvait deviner en lui un futur ballon d’or de la chose publique.
Conseiller national le plus précoce à 25 ans, son palmarès est plus long que celui de Didier Deschamps. Président du Conseil National, conseiller du Gouvernement… Rien ne pouvait l’arrêter… On le voyait ministre d’État, on l’imaginait secrétaire général aux Nations Unies…
Mais Stéphane Valéri, il l’aime sa Principauté, et elle n’a jamais été plus belle que depuis la fenêtre de son bureau de président du Conseil National. C’est pour cela qu’il brigue à nouveau le poste.
Mais Stéphane Valéri aime aussi les gens. Il leur écrit tout le temps. Le moindre événement dans la vie d’une famille monégasque est propice à l’envoi d’une missive signée de sa plume à la verve chaloupée.
À ce titre, Stéphane Valéri est le clone de Killian MBappé, un homme ultra doué, ultra précoce, qui lave plus blanc, talentueux, habile, adroit, intelligent, expérimenté, compétent, ingénieux, capable, malin, privilégié, astucieux, fort, émérite… Et encore, on en oublie surement.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Le débat à Monaco, tout le monde a un avis, alors la Gâchette donne le sien.

Béatrice Fresko-Rolfo – La Marie-George Buffet monégasque

Marie-Georges Buffet fut, personne ne le contestera notamment au sein des experts-politologues de notre voisin français, la meilleure ministre de la Jeunesse et des Sports de la Ve république.
Mais c’était surtout une femme, une vraie, une battante : brillante secrétaire nationale du parti communiste après Robert Hue, elle a aussi été candidate à l’élection présidentielle en 2007.
Béatrice Fresko-Rolfo est pareille. Elle aussi succède à une bête politique à la tête de son parti. Elle aussi a été une brillante présidente de la commission des droits de la femme et de la famille.
Le combat pour les femmes c’est elle. La lutte pour l’égalité, c’est elle. L’éducation c’est elle. La défense de la priorité à droite, c’est elle aussi… Son combat désormais c’est aussi le logement, la SBM, la jeunesse, l’environnement, et la prochaine extension de Monaco sur Mars.
Elle a dû faire toutes les guerres pour être si forte aujourd’hui.
Elle a dû faire toutes les guerres…
Et nous, à la Gâchette, on n’est pas loin de l’aimer à mourir

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Elections Communales 2019 : un tour, une liste, un choix ? 10 bonnes raisons pour aller quand même voter.

Jean-Louis Grinda – Le Jack Lang de la Roca

Dire que Jean Louis Grinda est brillant serait faire offense à la lumière. Jean Louis Grinda est !
Un opéra à diriger ? Qui appelle-t-on ? Jean Louis Grinda !
Une mise en scène à préparer ? Qui appelle-t-on ? Jean Louis Grinda !
Le trompettiste a la gastro ? Qui appelle-t-on ? Jean Louis Grinda
Jean Louis Grinda c’est LA culture ! Mais pas que. Il est aussi les sciences, l’économie, l’Europe et surtout l’environnement.
Comme Richard Wagner, il croit en Dieu, en Mozart et en Beethoven. Véritable porte-parole de l’opposition lors de la dernière législature, Jean Louis Grinda nous promet d’être un président du Conseil national à l’écoute des Monégasques, de tous les Monégasques.
Avec lui, à nous les concerts de Michel Sardou, de Didier Barbelivien.
Avec lui, nous retournerons au Moods, au Symbol et au Bocaccio.
Avec lui, chaque Monégasque sortira son instrument, apprendra à s’en servir, et descendra dans la rue pour montrer à ses voisins ce dont il est capable !
Face à lui le Gouvernement aura un chef d’orchestre, un vrai. Et les Monégasques trouveront ainsi une joie de vivre et un bonheur on ne peut plus lyrique.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Monaco, vers un territoire sous couverture ?

La Gâchette de Monaco, fidèle a son indépendance souhaite une bonne campagne à ces 3 têtes de liste. Et nous tenons à dire à nos lecteurs que quoi qu’il arrive en février, nous vous avons prévenus bien à l’avance que le vainqueur est une personne extraordinaire.

2 réflexions sur “Elections 2018 : le Who’s who.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.