Ils ont fait Monaco en 2020 pendant le COVID-19

Chez nos voisins franco-USO-saxophones, la célébration des personnages importants est un rituel auquel il ne faut sursoir. Pandémie mondiale, arrêt de l’économie, privation de libertés, mort de personnes adulées de par le monde, émeutes, conflits, inondations, incendies dramatiques, et cette lente dégradation écologique contre laquelle personne ne fait rien… Et pourtant, qui mieux qu’une femme pouvait nous sortir de cette année ô combien difficile et anxiogène. Qui mieux qu’une femme pouvait guider le peuple principautaire à travers ce brouillard chinois qui a enfermé notre présent, et obscurcit notre avenir ? Qui mieux qu’une femme pouvait remettre de l’ordre dans la maison, et expliquer clairement les tenants et les aboutissants de la gestion du COVID en Principauté ? Qui mieux qu’une femme pouvait être nommée personnalité de l’année 2020 . Et ce n’est pas la Gâchette de Monaco, média féministe, écoresponsable, flexitarien et indépendant qui vous dira le contraire.

1- Benoite de Sevelinges

Et pour la première fois dans l’histoire de la Gâchette, c’est donc tout naturellement qu’une femme est première lauréate de notre classement annuel : Benoite de Sevelinges, la directrice du CHPG, dont le parcours professionnel sans tache pour arriver à ce prestigieux poste en Principauté est à la hauteur de sa parfaite gestion de la crise. Parce qu’en plus de jongler sur des fronts complexes et forts sensibles tels que l’éternel chantier titanesque du nouvel hôpital, ou le développement du numérique dans les services de soin, elle s’est retrouvée en première ligne face aux médias et à la population pour expliquer la crise du COVID aux Monégasques, et les stratégies mises en œuvre pour y faire face. Ainsi, ses interventions hebdomadaires au micro de Yann-Anthony Noghès ont été suivies quasi religieusement par des millions de foyers monégasques pleins d’amour et de reconnaissance, avides de connaitre la vrai information sur la gestion de ce qui se tramait au coeur des rues monégasques. La Principauté s’est confinée parce qu’elle a senti que ça chauffait. Le déconfinement a été lancé parce qu’elle a constaté que le pic épidémique était passé. Les restaurants sont restés ouverts à l’automne, parce qu’elle arrivait à gérer les flux de patients. Bref, si Monaco s’en est si bien sorti face au COVID, c’est principalement grâce à elle. Madame, bravo, et merci !

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Caddies en liberté : des menaces de prolifération inquiétantes

2- Yann-Antony Noghès

Connu pour ses émissions hexagonales, belges, voire européennes, le meilleur journaliste du PAF monégasque est revenu en Principauté tel le sauveur pour aider ses compatriotes à recevoir la bonne information, tous les soirs, durant l’intégralité du confinement. Classe et distinction, probité et professionnalisme, clarté et pédagogie, tels sont les qualificatifs qui peuvent s’appliquer à ses interviews, quoi que certains ne rendent pas totalement hommage à la qualité du travail du Larry King de la Condamine, dont l’avenir semble extrêmement prometteur en Principauté. Il a ému la ménagère de moins de 50 ans lors de son interview extrêmement incisif de Stéphane Valéri, et a fait vrombir la Principauté avec son concours unique et original : « La Battle des immeubles ». Cet évènement aux moyens technologiques sans précédent a permis de mettre en lumière l’ensemble des quartiers de la Principauté, tout en divertissant la population à l’heure où la nation rendait hommage aux personnels soignants sur le front face au COVID. Enfin, il est le seul à savoir qui a vraiment gagné cette compétition. Mais comme il n’est qu’amour et pizza, et qu’il ne veut froisser personne, il emportera son secret jusque dans la tombe…

3- Pierre Dartout

Le 25e ministre d’État est un grand homme, qu’on se le dise. Venu pour remplacer pied au plancher feu Serge Telle, il a été obligé de débarquer en Principauté en août pour travailler sans relâche tout le mois durant, alors que l’ensemble de ses confrères, et de ses équipes, profitaient du seul mois d’oisiveté et de vacances que nous a accordé la crise sanitaire. Clairvoyant et observateur, il a de suite compris qu’il était parfaitement entouré, et n’a pas changé le moindre de ses conseillers-ministres. En quelques jours, il a su ajuster le costume de ministre d’État à sa haute stature, faire le tour des services de l’administration au pas de charge, tout en gérant la guerre contre la COVID-19 qui reprenait de plus belle, et en planchant sur les détails des différents textes de confinement sans confiner, de limitation sans limiter. Sa gestion des restaurants témoigne de sa grande compréhension de la situation, arborrant une main de velours dans un gant de fer. Ferme face aux restaurateurs belliqueux ne respectant pas les règles, il est resté plus souple qu’une gymnaste de l’ex-URSS quand il s’agissait d’adapter la stratégie face au rebond épidémique. Et tout cela en développant avec brio l’application Carlo, désormais le meilleur ami de la relance économique en Principauté.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  L'érection du nouveau Conseil National : le live tweet

Mentions spéciales

Erwan Grimaud & MC CLIC : En quelques semaines, MC CLIC est devenue un pilier incontournable en Principauté. On manque de masques, MC CLIC en fabrique. On a besoin de faire bouger les gens sur des balcons, MC CLIC va les filmer avec ses drones. Les jardiniers ont un arbre à soigner, on appelle MC CLIC. L’ASM basket a besoin d’animations sympa pour ses matchs, on appelle MC CLIC. La Mairie veut organiser une course d’Aqua-poney en chars Ben Hur sur sa piscine patinoire, on appelle là encore MC CLIC. Indispensable on vous dit…

Stéphane Valéri : Il ne peut y avoir de classement de personnalités monégasques sans Stéphane Valéri. Cas contact de l’ensemble des grands de la Principauté, il a vaillamment résisté face au virus au cours du printemps, puis durant tout l’été. Un vrai Roc en haut du Rocher, celui dont la légende indique qu’il n’a besoin que d’un quart d’heure de sommeil par nuit a finalement succombé à la rentrée à un variant du COVID des plus virulent, unique comme un flocon de neige, violent comme une charge de Rohirrim, le variant Chuck Norris, seul à même faire fléchir notre vaillant président du Conseil national.

Will Yeguete : Durant l’été, il était le seul basketteur encore sous contrat à l’AS Monaco, sans savoir s’il allait un jour avoir d’autres équipiers. Cela aurait déprimé des milliers de personnes, mais pas Wilfried Yeguete, aussi généreux dans la vie qu’il est imposant dans la raquette. Il s’est donné à fond dans le caritatif, et à offert son temps et son sourire à différentes associations en Principauté, comme les Anges Gardiens de Monaco, ou la Croix rouge, pour venir en aide à celles et ceux qui ont vécu difficilement la crise du COVID. Un véritable exemple à suivre, sans aucun doute !

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Une fête clandestine démantelée en Principauté !

Une pensée aussi pour la toujours indispensable Marie-Pierre Gramaglia, le toujours très sympathique Marc Mourou, l’homme du futur de la Principauté, Frédéric Genta, les animateurs de Radio Monaco qui ont illuminé le confinement des Monégasques, Ambre Quelin (qui depuis a malheureusement déserté l’antenne), Eric Embriaco et Jean-Christophe Sanchez, ou encore les incontournables piliers de la communauté monégasque, Julien, le fabriquant de Soca du marché de la Condamine, ou encore les administrateurs du Groupe Facebook I scutà pëti

En attendant de voir ce que l’année 2022 nous réserve, l’ensemble des équipes de la Gâchette, sa direction bienveillante et dictatoriale et tous ses stagiaires non rémunérés vous souhaitent la meilleure année 2021 possible, et plus encore, bien évidemment…



Catégories :Vie Quotidienne

Tags:, , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :