Céline Dion représentera Monaco à l’Eurovision

MONACO – Si tous les amateurs de football savent que le mercato estival est clos, un transfert d’importance s’est quand même réalisé en Principauté au cours du mois de septembre. Comme à l’accoutumée, c’est dans la plus grande discrétion que les responsables ont finalisé l’accord. Et c’est non sans fierté que ce weekend, l’ensemble des canaux spécialisés vont l’annoncer : Céline Dion sera la représentante monégasque à l’Eurovision.

Une nouvelle idylle

Voulant à tout prix s’éloigner du tumulte de son actualité trépidante, la chanteuse canadienne s’est posé cet été en Principauté quelques jours pour recharger ses batteries. Cela lui a suffi pour tomber en amour pour la ville, pour la région, et aussi pour ses habitants. Et c’est en toute simplicité qu’elle s’est rapprochée des autorités compétentes afin de représenter Monaco au très médiatique concours de l’Eurovision, et ainsi « rendre en retour tout le bonheur qu’elle a reçu des gens de la Principauté. »

Il pleut sur la rue Grimaldi

C’est ainsi que la super star québécoise se lance dans cet énième challenge. Le Sporting d’été sera son nouveau théâtre de répétition pendant tout l’hiver, où elle aura à loisir d’entonner le tube écrit pour cet évènement européen.
C’est un parolier monégasque qui a été choisi pour rédiger le magnifique texte. Les compositeurs attitrés de la diva, Jean-Jacques Goldman, ou peut être même Gérald De Palmas, se chargeront de le mettre en musique. Une de nos sources contradictoires s’est procuré un post-it sur lequel étaient inscrits les premiers vers de cette chanson, ainsi qu’un bout du refrain, « Il pleut sur la rue Grimaldi » est le titre de ce qui est déjà le morceau favori de l’Eurovision :

Il pleut sur la rue Grimaldi,
en bas les fiscaux, en haut deux pharmacies.
L’arrêt de bus, une fois encore déplacé.
Nous avons rendez-vous place du marché…
Il pleut sur la rue Grimaldi,
que je traverse s
ans mon parapluie.
au loin galope un couple de passants
pour aller se réfugier chez O’Liban

Je t’attendrai rue Grimaldi
tous les minuits, tous les midis !
Par beau temps, et même sous la pluie !
A l’angle, rue de la Turbie !
Je t attendrai le coeur en sang,
par beau temps, ou par grand vent !
Je t’attendrai, seule sur mon banc,
avec une poignée de barbajuans…
Je t’attendrai jusqu’à jamais
des larmes sur mon visage mouillé
Mais jamais rien, me fera oublier,
toi, mon mari René…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s