Des méduses à la piscine du port ?

SCIENCES : Malgré les dernières pluies, la saison estivale semble bien partie du côté de Monaco. La chaleur et les baignades, que ce soit en mer ou à la très prisée piscine du port vont crescendo, avec leur lot de bien-être et de contrariétés. Un récent sondage a d’ailleurs révélé que la plus grosse inquiétude des estivants est le tête-à-tête fortuit avec les tentacules d’une méduse.
Alors devons-nous vraiment nous en alarmer du côté de Monaco ? L’équipe scientifique de la Gâchette de Monaco vous explique pourquoi vous ne ferez pas de rencontres malencontreuses avec une Pelagia noctiluca dans la piscine du Port.

Cesser les angoisses

La méduse est souvent associée à un phénomène de masse. Seule passe encore. Généralement, elles se déplacent en groupe, et un peu comme les zombies dans les films d’horreur, leur prolifération cristallise les angoisses liées à ces dangereux prédateurs.
La température de l’eau est un facteur important dans la pullulation des terreurs translucides. De plus, la disparition des animaux mangeurs de méduses comme les tortues marines et les bancs de thons au large de la Principauté ont facilité leur retour en masse.
Enfin, l’absence d’usines polluantes dans le vallon de Sainte Dévote évite ainsi la réversion de propane ou d’autre agent toxique dans les eaux du port, favorisant le développement de tous types de la faune non loin du circuit de Formule 1.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Le pigeon du marché de la Condamine : « un magnifique lieu de vie ! »

Que faire face à une méduse ? 

Les espèces comme Pelagia noctiluca, notamment en Méditerranée, sont de véritables plaies pour les baigneurs. Leur contact provoque boursouflures, rougeurs et la désagréable impression qu’un requin blanc a arraché la zone impactée.
La première démarche consiste à enlever les tentacules de la partie touchée. Évitez les doigts. Certains se servent une fourchette, d’autres des baguettes. Ensuite, agglomérez avec du sable avant de racler la plaie avec une Carte bleu gold. N’utilisez surtout pas une platinum, qui provoque une prolifération incontrôlée de pustules.
Rincez avec de l’eau de mer. En l’absence, un fond de coupe de champagne peut faire l’affaire. Enfin, l’idéal est de badigeonner avec des tomates, des oignons, quelques olives et d’enfourner la pissaladière. Un cataplasme à base de moutarde et de wasabi peut aussi très bien fonctionner.

Des méduses à la piscine du port ?

De par l’enclavement de ses eaux, et sa surpopulation trois mois durant, le Stade Nautique Rainier III est un endroit sensible en cas de prolifération soudaine de méduses, pouvant ainsi provoquer panique et mouvements de foule.
Heureusement, ces dangereux prédateurs visitent peu souvent ces lieux. En voici les principales raisons :

  1. À cause du plongeoir, les gens qui sautent font du bruit, ce qui éloigne ces animaux.
  2. Les traits dessinés sous l’eau rappellent aux méduses les rayures des thons qui sont leur principal prédateur.
  3. Idem pour les tee-shirts fluo des maitres nageurs, cette couleur vive a tendance à les faire fuir.
  4. Enfin, la présence permanente de personne âgée dans l’eau a tendance à les rebuter. En effet, nos ainés ont la peau beaucoup moins comestible que celle des familles nordistes qui s’agglutinent dans les plages voisines. Et les méduses préfèrent un terrain de chasse nettement plus propice.
Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Joyeux Noël !

Les conseils de la Gâchette, 

Malgré tous ces facteurs positifs, il n’en reste pas moins que la piscine du Port demeure sous la menace constante des méduses, nos scientifiques vous conseillent donc de respecter les points suivants :

  • Pour maintenir la température de l’eau à un niveau impropre à la prolifération des méduses, merci de ne pas uriner dans la piscine.
  • En cas de crise, veillez rester à proximité d’un thon. Ceux en monokini sont généralement les plus efficaces.
  • A contrario, éloignez-vous des personnes âgées. Si une méduse est amenée à choisir, elle ira vers la chair la plus fraiche.
  • Gardez toujours du wasabi dans votre sac de plage. On ne sait jamais, vous aurez peut-être à intervenir en urgence à une attaque.

Ainsi, les baigneurs comme les autorités doivent rester vigilants pour que jamais ce terrible prédateur ne s’installe dans cet endroit paisible et propice à une belle saison estivale.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.