Réunion parent-prof à Charles 3 : le drame n’était pas loin !

Le mois de novembre est traditionnellement le mois le plus redouté des parents d’élèves, car il s’agit de la période au cours de laquelle les parents sont invités à passer une longue soirée dans les couloirs du collège, pour la célèbre réunion parents-professeurs. Cette semaine ont lieu les rencontres des classes de 6e, et malgré le respect scrupuleux d’une procédure vieille de plus d’un siècle, un drame a failli avoir lieu.

Jeu de piste dans les étages.

Une réunion parent-professeur se déroule traditionnellement de la sorte : les professeurs, au nombre de deux ou trois maximum, sont dispachés dans différentes classes répartis sur plusieurs étages, et les parents doivent se rendre dans les salles qui les intéressent, munies d’un précieux sésame détaillant qui se trouve où. Pas question donc pour un parent de 6e4 d’aller à la rencontre d’un professeur de 6e6. Chaque classe ayant un numéro, c’est un véritable jeu de piste qui se présente aux parents, qui doivent en plus se souvenir que leur enfant ne fait pas Russe, mais espagnol, et qu’il a été dispensé de catéchisme.

Jusque là, tout allait bien.

Malheureusement ce lundi, le jeu de piste a mal tourné pour un des parents. Arrivé à 17 h, Jean-Kevin F., père d’une fillette fraîchement entrée en 6e n’est jamais ressorti du collège. Des témoins ont signalé sa présence, notamment dans la queue devant la salle du professeur principal. Le professeur de Monégasque se souvient parfaitement de lui, étant donné qu’il a été le seul parent à être passé le voir de la soirée. C’est d’ailleurs le dernier témoin à l’avoir vu ce soir-là. Sa famille ne s’est pas inquiétée outre mesure, il avait une soirée Beaujolais nouveau juste après, et ce réfractaire des nouvelles technologies n’avait pas de téléphone portable.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  90 000 monégasques attendus sous le chapiteau !

Du jeu de piste, au mauvais escape game.

Le lendemain matin, c’est en voyant que son époux avait disparu que sa femme s’est décidée à appeler la maréchaussée, qui a très vite remonté le parcours de ce quadragénaire plein de vie : il n’est jamais arrivé à sa soirée Beaujolais, et son scooter Honda se trouvant toujours garé en bas de la Tour Odéon laissait présager qu’il n’a jamais quitté le collège. Et pour cause, c’est vers midi qu’il a été retrouvé, enfermé dans la salle qui devait servir pour la professeur de musique. Cette dernière n’étant jamais venue, Jean-Kevin F. l’a attendu sagement jusqu’à ce que la femme de ménage l’enferme. Il aurait passé la nuit à essayer de s’échapper de ce traquenard, sans grand succès.

Interrogés par notre stagiaire, les responsables de ce dossier n’ont pas voulu s’exprimer. Ils chercheraient encore la faille dans leur cahier de procédures ancestral…



Catégories :Vie Quotidienne

Tags:, , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :