COVID-19 : Le Conseil National mis en quarantaine !

Les passionnés de chiffres et de politique et autres amateurs de buffets n’ont pas manqué le grand rendez-vous d’hier soir : les premiers débats autour du second budget modificatif de 2020. Cependant, ce que le public ne sait pas, c’est que malgré l’heure fort fort tardive à laquelle se sont terminées les délibérations, personne n’est sorti de l’hémicycle. Et cela devrait être le cas durant les prochains jours.

Pierre qui tousse…

En effet, peu après 23 h, les hauts responsables sanitaires de la Principauté, eu égard à ce qui se tramait sur leur Facebook live en direct de l’hémicycle, se sont résolu de boucler l’intégralité du bâtiment, afin de procéder aux tests en vigueur : prise de sang, et prélèvement naseau pharyngé. Plusieurs sources contradictoires concordent pour dire que cette décision drastique a été motivée par les très nombreuses quintes de toux qui ont émaillé la retransmission télévisuelle. Le ministre d’État en premier lieu a beaucoup toussé. Mais aussi le doyen qui lors de ses interventions avait la gorge fortement irritée. De ce fait, quasiment tous les élus et conseillers-ministres ont ponctué le fond sonore de grattement de gorge et autres toussotements fort peu optimistes quant à leur provenance virale. Suffisamment pour faire sonner l’alerte des autorités sanitaires.

… peut craindre le cluster.

Car le motif principal de cette opération est bel et bien celui-ci : faire en sorte que le Conseil National de Monaco ne devienne pas le premier cluster monégasque de la COVID-19. Ainsi, l’ensemble des élus, des conseillers-ministres, et des permanents présent dans l’édifice ont été pris en charge intramuros par une équipe spécialisée pour les crises épidémiologiques composées d’éminents agents de la police, des pompiers et de la Croix-Rouge. Toutes les issues ont été calfeutrées, les bureaux et autres salles de réunions ont été aménagés en centre de dépistages et en pièce de repos. La cantine a bien sûr été réquisitionnée pour apporter les ravitaillements idoines. Mais une chose est sure : personne n’a quitté le bâtiment !

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  La tenue de sport dans les écoles : vers une nouvelle polémique ?

Une chaine logistique sans faille.

Quatorze jours, tel est pour l’instant la durée minimum de cette quarantaine forcée. En effet, alors que les résultats des prélèvements effectués ne seront connus qu’en début de soirées, il est tout à fait certain qu’aucun risque ne sera pris avec personne, y compris parce que plusieurs élus sont catégorisés comme personnes à risque, eu égard à leur grand âge. Ainsi, une chaine d’approvisionnement a été mise en place, principalement grâce à la société MC CLIC, sur le pont dès 3 h du matin pour préparer les drones qui feront les allées et venus entre le parvis du musée océanographique, et le toit du Conseil National, afin de livrer nourriture, médicaments, mais aussi vêtements propres et nécessaires de toilette aux personnes enfermées à l’insu de leurs pleins grés. 

Enfermés plus pour travailler plus

Penser que la crainte et l’apitoiement aurait pu s’acharner sur ce petit groupe de personnes mis en quatorzaine forcée de façon aussi préventive que cavalière, c’est fort mal connaitre le tempérament rassembleur et combattif de son chef de fil. En effet, il a fallu moins de deux heures à Stéphane Valéri, une fois passés le protocole sanitaire et l’indispensable buffet de fin de séance, pour réunir ses chefs de commissions et l’ensemble des ministres présents sur place, et leur présenter son plan pour les prochains jours : du travail, du travail, et encore du travail. « S’il faut rester enfermé tous ensemble pendant 14 jours, autant en profiter pour en faire le maximum », voilà en substance ce que le président du Conseil National aurait dit à un de ses plus proches collaborateurs sur place. 

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  L’élection du 11 février 2018 expliquée aux jeunes monégasques

2020, l’année de tous les records ? 

Ainsi, hormis pour les personnes atteintes des formes les plus graves de la maladie, des séances seront organisées tous les jours, en deux tranches de quatre heures, voire plus, afin de voter le budget modificatif premièrement, mais aussi enchainer sur l’ensemble des projets de loi en suspens. Et ils sont fort nombreux. Nos sources contradictoires nous ont fait savoir qu’il y aurait pas loin de 138 lois sur le grill en attente d’être votées. Certaines étaient même déjà au calendrier des séances législatives d’automne 2021. Mais si cette quatorzaine se confirme, il est fort probable que l’ensemble de ces lois soient discutées, débattues, et votées avant même les vacances de la Toussaint. Un travail législatif de titan, et un record d’efficacité, sans nul doute, pour la haute assemblée. Un record à l’image de son président, infatigable, inarrêtable, insubmersible… 

A propos de La Gâchette de Monaco 136 Articles
L'actualité de la Principauté de Monaco aux frontières du réel.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.