Les 5 personnalités de l’année 2020

Chez nos voisins franco-USO-saxophones, la célébration des personnages importants est un rituel auquel il ne faut sursoir. Intramuros, nos éminents confrères de l’Observateur de Monaco se sont récemment fendus d’un grand dossier « les 100 qui font Monaco », honorant ainsi tous ceux qui par leur action au cours de l’année, ont illuminé l’écusson monégasque. La Gâchette, média désormais implanté en Principauté depuis plusieurs années, souhaite à son tour solenniser ces politiciens, sportifs, artistes, ou individus de l’ombre qui ont contribué à faire rayonner le drapeau rouge et blanc. À ce titre, voici donc les 5 hommes et femmes qui ont fait que 2020 fut une année mémorable.

1- Jean-Louis Grinda

Dans la dernière ligne droite avant de laisser son siège à l’Opéra de Monaco, Jean-Louis Grinda a mis les bouchés doubles, histoire de partir sur un feu d’artifice. Avant, il était partout. Mais ça, c’était avant. Désormais, il est au-delà. Besoin de compter un à un les deniers du fonds de réserve, il est là. Besoin de réparer les cordes d’un violoncelle, il a tout dans sa trousse à outils. Besoin de fustiger la reconnaissance faciale, faites appel à lui. Besoin de changer une ampoule dans le réfectoire, il est là aussi. Il se murmure même qu’il aurait rebouché les fuites de la source d’Apolline, tout en composant le crescendo final de son « Guillaume Tel » à l’honneur aux Chorégies d’Orange. Et avec toujours son petit marteau dans la poche, au cas où il faille détruire un stade ou deux. Oui, sans nul doute, l’année 2020 a été marquée du seau de Jean-Louis Grinda.

2- Charles Leclerc

Malgré sa nouvelle excellente saison au volant d’une Ferrari, qui l’a définitivement propulsé en tant que pilote référence au sommet de la hiérarchie de la Formule 1, Charles Leclerc n’a pas encore réussi à se hisser tout en haut de notre classement. C’est d’ailleurs à l’image de sa saison, où, malgré avoir fait pleurer tout un peuple en faisant retentir l’hymne monégasque à plusieurs reprises de par le monde, et le fait d’avoir renvoyé son illustre coéquipier, le quadruple champion du monde Sebastian Vettel, au rang de simple faire valoir chargé d’appliquer les consignes d’équipes, le monégasque a été obligé de céder, comme tant d’autres avant lui, devant la régularité d’orfèvre de Lewis Hamilton, et la précision chirurgicale de sa Mercedes. Mais qu’importe, cette seconde place au classement (de la Gâchette, et de la Formule 1) est de très bon augure pour la suite de sa carrière.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Des moutons place de la Visitation ?

3- Chloé Leclercq

Elle ne fait pas, ou peu, la une de l’actualité, et pourtant la Mairie de Monaco fait feu de tout bois pour satisfaire au bien être des monégasques et des résidents. Et ce n’est pas peu dire, tant les développements qualitatifs sont croissants, et exponentiels. Crèches, aide à la personne, salle de sport, horodateurs et billetteries dématérialisés, démarches en ligne d’état civil… Ainsi, la « Maison des Monégasques » est sur tous les fronts, et il était ainsi grand temps de rendre hommage à sa « meilleure élue », en tête, et de loin, des suffrages lors des deux dernières élections. Son engagement pour la petite enfance nous a tous donné l’envie de procréer afin de voir nos futurs héritiers se faire choyer dans différentes crèches municipales dont elle est la chef d’orchestre avisée. Nos sources contradictoires nous ont cependant confirmé qu’elle n’a aucun lien familial d’aucune sorte avec le numéro 2 de notre classement.

4- Marie-Pierre Gramaglia

Tout le monde l’aime, mais pourtant, personne ne l’épargne. Tout le monde respecte son travail d’une grande qualité, et pourtant, la moindre patate chaude qui tourne lors des séances du Conseil National finit inexorablement par lui retomber sur la truffe. Tout le monde lui témoigne moult louanges, et pourtant, elle est de tous les fronts. Les travaux publics, c’est son service. La qualité de vie, c’est ses compétences. La transition énergétique, c’est son problème. La gestion des parkings, c’est son truc. Et la régulation du futur aéroport, ça sera aussi de son ressort. Mais elle est toujours là, elle fait face. Armée d’un classeur chargé jusqu’à la glotte de précieuses notes, elle a vaillamment vaincu 2020, joutant contre les retards de chantier, frappant d’estoc et de taille les nuisances à la qualité de vie, et tel Cyrano, a pourfendu avec grand panache l’avalanche de débats qui n’a pas manqué de l’assaillir durant toute cette année 2020.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Cimetière de Monaco : les dessous de la future soirée d’Halloween enfin dévoilés !

5- Christophe Steiner

Désormais à l’aise dans son costume de haut dignitaire de la diplomatie monégasque, et compte tenu du fort taux de satisfaction qui ressort des réunions de l’ambassadeur, qui sont connues de par le monde pour le bon gout du maitre de maison, cet ancien président du Conseil National a vu en 2020 s’étendre ses fonctions. La diplomatie monégasque a constaté de grands vides de niveaux de certains points stratégiques, et faute de personne de confiance disponible, a décidé d’y nommer Christopher Steiner en tant que représentant plénipotentiaire. Ainsi, d’ambassadeur de Monaco en France, il est aussi devenu ambassadeur du Rocher pour les Pôles. Il devient aussi le premier ambassadeur intergalactique, puisque la Principauté lui a conféré un rôle unique et primordial en tant qu’Ambassadeur sur Mars, et sur Titan. Un voyage est d’ailleurs prévu dans les années à venir. Nos sources contradictoires nous ont fait savoir qu’il partirait de la future station orbitale monégasque avant la fin de la décennie.

Mentions spéciales

Fabrice Notari : parce qu’en un an, il a survécu à plusieurs scandales capillaires autour de sa personne, avec un tel panache que nous pouvions que le citer. Alors non, ce n’est ni Xavier Dupont de Ligonnes bien grimé, ni Che Gevara en version 2.0. Son look résulterait en fait d’un pari perdu autour d’une sombre affaire de salsepareille à la cantine.

Julien, le marchand de soca du marché, qui a vu Roger, son mentor, s’éteindre au début de l’année, et qui en tant que padawan devenu maitre, a assuré toute une année face à la horde de clients toujours plus nombreuse venue se délecter de ses petits plats symboliques de la Principauté.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Miss France : un weekend à Monaco avant de plonger dans le grand bain ?

Sasa Obradovic, l’entraineur de la Roca Team est devenu la star de l’éducation nationale monégasque. Connu pour ses coups de sang légendaire sur le banc de touche, pour son côté autoritaire, et perfectionniste, il est devenu la mascotte des enseignants, qui se font désormais respecter au son des « sois sage ou j’appelle Sasa » d’une efficacité redoutable.

Robert Moreno : débarqué suite au second limogeage de Léonardo Jardim, l’entraineur de l’ASM FC n’a pas fait que redresser notre équipe fanion, il a aussi fait exploser les divorces en Principauté, nombre de donzelles quittant concubins et progéniture pour tenter leur chance auprès de cet espagnol « au flow tellement puissant… »

Béatrice Fresko Rolfo : parce que son courage n’a d’égal que l’abnégation qu’elle a déployé au cours de cette année 2020 pour réaliser le but qu’elle avait fixé en séance publique fin 2019 : retrouver la centaine de places de parking perdues par la Principauté du coté de St Roman. Et grâce à sa ténacité, elle a fini par les retrouver !

En attendant de voir ce que l’année 2021 nous réserve, l’ensemble des équipes de la Gâchette, sa direction bienveillante et dictatoriale et tous ses stagiaires non rémunérés vous souhaitent une excellente année 2020, et vous présentent ses meilleurs vœux de santé, de bonheur et de buffet pour les 366 jours qui viennent de se dérouler.

A propos de La Gâchette de Monaco 51 Articles
L'actualité de la Principauté de Monaco aux frontières du réel.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.