« L’enfer social à Monaco » : analyse d’un spécialiste

Début février, l’Union des Syndicats de Monaco a organisé une importante manifestation de revendication dont la presse écrite s’est largement fait écho. Face à ces demandes de plus en plus poussées, Stéphane Valeri a eu ces mots, dans un entrefilet accordé à nos confrères de Monaco-Matin : « Non, n’en déplaise à certains, Monaco n’est pas un enfer social. » Afin de bien comprendre ce qu’il en retourne, nous avons fait appel à un spécialiste en la matière.

Harvard et le Da Vinci Code

Pour bien comprendre les paroles du président du Conseil National, la Gâchette s’est enquise de l’un des plus éminents, si ce n’est le meilleur, spécialiste afin de nous éclairer sur cette sombre histoire « d’enfer » tel que nous l’a avancé Stephane Valéri. Et malgré un emploi du temps des plus chargés, grâce à l’appui d’un ancien élève désormais au sommet de la chaine gouvernementale, Robert Langdon, célèbre symbologiste de l’université de Harvard dont les travaux sur l’iconologie de la chrétienté intitulés « Da Vinci Code » ont été publiés dans de très nombreux pays, a accepté de répondre à quelques-unes de nos questions.

Dante pour référence

Sandro_Botticelli_-_La_Carte_de_l'EnferA peine notre stagiaire a prononcé le mot « enfer », que le symbologue nous explique les paradigmes liés à cette idée, et notamment un de ses plus grands auteurs, le poète florentin Durante degli Alighieri dit « Dante ». C’est d’ailleurs, selon lui, « extrêmement cocasse de voir un peuple descendant des Génois (1) citer en référence un Florentin pour se justifier d’un contexte socio-économique ». Au-delà de cette particularité géopolitique, il s’est ensuite attaché à nous désambigüiser les différentes spécificités de l’enfer, tel que décrit par Dante dans la première des trois parties de sa « Divine Comédie », mise en image par le célèbre peintre italien Botticelli dans sa « Carte de l’enfer ».

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  La personnalité féminine de l'année 2018

Monaco, et les cercles de l’enfer

À ce titre, Robert Langdom donne son quitus au discours de Stéphane Valéri : « La symbolique est claire, les signes sont évidents. L’enfer n’a pas ouvert ses portes en Principauté, bien au contraire. C’est, selon Dante, de l’autre côté de la méditerranée, à Jérusalem que se trouverait l’entrée des neuf cercles ». Il ajoute même « j’ai eu beau arpenter les rues de la Principauté, nulle part je n’ai rencontré de quelconques références aux eaux boueuses du Styx, je n’ai entrevu aucun bolge, aucune lande brulante. J’ai peut être croisé une ou deux harpies au détour d’une venelle du côté du port, mais rien de bien significatif en ces lieux de stupre. »

Et pour conclure, il souhaite enterrer la hache de guerre entre les protagonistes de cette sombre affaire sociale : « Malgré la Divine Comédie, personne n’a osé mettre l’enfer et Monaco dans la même phrase. Pourquoi commencer maintenant ? »

 


(1) François Grimaldi était Génois, pour plus d’explications, cf. notre article un moine prend d’assaut la forteresse de Monaco !

A propos de Jartagnan 243 Articles
Droïde en cours de reprogrammation - blogueur multifonctions - stagiaire pour La Gâchette - #chroniques #inspiration #photos #running #StarWars #Lego

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.