Excès de zèle à l’IMSEE — Haro sur les flatulences

C’est au Journal de Monaco de fin janvier que nous avons appris l’érection du Directeur de l’Institut Monégasque de la Statistique et des Études Économique (IMSEE) à de nouvelles responsabilités au sein du gouvernement Princier. Cependant, nous sources contradictoires nous ont fait savoir que suite à ce changement de poste, un léger temps de latence s’est glissé à la tête de cet institut lors du remplacement de ce haut fonctionnaire de l’État Monégasque.

Un court intérim zélé

En effet, il apparait que pendant ce court laps de temps où le poste était vacant, qu’un fonctionnaire zélé s’est permis de transmettre aux Hautes Autorités une étude récemment diligentée, mais couverte sous le sceau du très sérieux « secret défense absolu » qui aurait dû être suffisant pour qu’elle ne sorte pas d’un placard obscur caché au fond d’une pièce secrète dans un local à archives oublié entre la machine à café et la photocopieuse.

Réduire le taux de CO2

Le stagiaire de la gâchette, par l’entremise d’un contact dont nous ne prononcerons pas le nom, s’est donc procuré cette étude statistique polémique au titre évocateur, mais non moins surprenant « pour réduire le taux de CO2 à Monaco, interdisons le pet ». Tout au long des 120 pages de ce burlot, des calculs savants, des courbes biscornues et opérations mathématiques complexes afin d’expliquer pourquoi l’estompement drastique des flatulences en principauté aurait un effet bénéfique sur l’écologie.

La neutralité carbone en ligne de mire ?

Ces algorithmes et autres équations démontrent les faits suivants, que notre stagiaire scientifique a bien voulu simplifier pour les rendre accessibles à l’ensemble des Monégasques et résidents :

Le volume de pets par jour d’un humain est de 1 litre, soit 1 000 cm3

Il y a 50 000 personnes en moyenne par jour à Monaco donc 50 m3 de gaz odoriférant sont rejetés par jour

1 tonne de Co2 représente 500 m3 soit dans ce cas 40 tonnes de CO2 par an

Conclusion : L’interdiction du pet sur le territoire monégasque permettrait de gagner plusieurs années sur l’objectif principal que souhaite atteindre Monaco, c’est-à-dire la neutralité carbone en 2050

A l’heure actuelle, nous n’avons aucune certitude quand à l’application réelle de ce texte, aux moyens techniques employés, et surtout aux sanctions applicables en cas où un malencontreux s’oublierai au fond du bus à coup de petits pets secs…

A propos de La Gâchette de Monaco 27 Articles
L'actualité de la Principauté de Monaco aux frontières du réel.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.